Comment avoir confiance en soi ? Cultivez la sérénité !

5
(1)

La confiance en soi ne va pas de soi ! Cela se travaille et s’acquiert. De l’intérieur et de l’extérieur.

Avez-vous un héritage un peu encombrant ou un peu lourd ?

Le manque de confiance a souvent commencé dans la prime enfance et devient conscient à l’adolescence. Donc très jeune, on n’en est pas conscient. Car cela dépend du sentiment de sécurité qu’on peut développer par notre environnement familial et éducatif.

Revenons au présent. Aujourd’hui vous êtes conscients de vos comportements répétitifs fâcheux qui nourrissent ce manque de confiance, et vous avez envie d’autre chose, sans toutefois avoir les bonnes clés ni les bonnes ressources.

Quels sont vos ressentis : gorge serrée, boule au ventre, petit stress, gros stress ? Dans quelles situations ?

Quelles sont vos pensées ? Ne pas être assez bon, pas assez doué, pas assez performant ? Ou bien à l’inverse, avez-vous le sentiment d’être trop ceci ou trop cela : trop gentil, trop généreux, trop disponible ? Et vous vous piégez tout seul.

En fait, qu’est-ce qui vous parle plutôt ? Toujours plus, ou toujours moins ?

Est-ce que vous vous épuisez après de vaines tentatives de réussite, emprisonné dans vos introjections (ici, une courte lecture un peu explicite de l’introjection) qui vous font courir sans cesse dans la petite cage cylindrique ? 
Ou bien, voudriez-vous ne pas continuer à être plus de ceci, ou moins de cela, mais être juste bien avec vous-même : être bien « aligné » avec vous-même ?

Cette quête peut commencer avec une prise de poste, justement !
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est bigstock-212215471-300x265.jpg.

Être juste, plutôt que parfait, gentil ou épuisé

Par où commencer ? Vous pouvez commencer par vous répéter en conscience « je suis assez », pour vous reconnaître tel que vous êtes. Plusieurs fois par jour, plusieurs jours et semaines. Vous pouvez aussi commencer à accepter de ne plus être parfait, ou de cesser d’être gentil, ou encore d’arrêter de prendre sur vous. Ce qui vous faisait mettre toute votre énergie au travail sans broncher, jusqu’à hier. D’ailleurs, dans votre environnement professionnel, vous avez certainement dû remarquer plein de gens qui ne sont pas parfaits, qui ne font pas particulièrement plaisir aux autres, ou qui ne s’épuisent pas au travail, et qui réussissent très bien. Vous pouvez expérimenter de les mimétiser pour sentir ce que cela fait en vous.

La confiance en soi minée par le perfectionnisme

Une chose est sure, si vous cherchez à être parfait, vous ne serez jamais parfait. Vous devez donc commencer par accepter ça. Vous pouvez commencer par accepter raisonnablement cette réalité. Je vous assure, personne ne vous en voudra ! Vous avez donc le droit à l’erreur. Vous avez le droit de vous tromper. Vous avez le droit de ne pas être au top. Vous avez le droit de n’être qu’à demi-parfait. Vous avez le droit d’assumer votre imperfection, vos erreurs. Vous avez le droit de changer d’avis.

Commencez par ajuster le niveau de qualité qu’on vous demande. Un perfectionniste a tendance à fixer pour lui-même et ses collaborateurs un niveau de qualité, plusieurs étages au-dessus de ce qui est attendu. Cela s’appelle être exigeant. Ceci est bien différent de la précision, du travail bien fait, ou de la persévérance « de bon aloi », c’est à dire de façon mesurée.

Pour ce qui est de la gentillesse

Si vous aimez être gentil, une chose est sure, vous ne serez jamais assez gentil. Commencez donc par vous faire plaisir ! On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Et on ne peut pas plaire à tout le monde !

En revanche, assurez-vous d’avoir des objectifs bien clairs. Gardez-les sous les yeux, et assurez-vous de bien les servir, ni plus ni moins. Ne cherchez pas à atteindre les objectifs des autres. Ça, c’est leur faire plaisir. Quand je parle des autres, je pense à tout votre entourage professionnel. Ne cherchez pas à faire le travail de vos collaborateurs. Ne cherchez pas à assumer ou devancer les responsabilités de votre manager. Ne prenez pas le travail de vos collègues. Faites juste bien votre nouveau job, pour bien atteindre vos objectifs propres pour votre entité.

Pour ce qui est de l’épuisement

Une troisième chose est sure, les entreprises aujourd’hui ont tendance à mettre une énorme pression sur les résultats, et donc les managers doivent donner toujours plus. Il vous appartient de sauvegarder votre vitalité en vous mettant des limites à votre engagement, ainsi qu’à celui de vos collaborateurs.

D’ailleurs votre entreprise appréciera très bien que vous duriez plus longtemps sur le moyen terme, plutôt que si vous tombez en burnout au bout d’un an. Il importe donc de travailler votre perfection, ou bien votre faire plaisir, ou bien encore votre capacité à prendre sur vous sans broncher.

La confiance en soi, à titre d’exercice

Manager qui a confiance en lui

Afin de vous préserver, vous allez choisir parmi les propositions suivantes celle(s) qui vous concerne(nt) le plus dans votre prise de fonction. Ou dans la reprise de cap que vous auriez intérêt à opérer pour vous-même. Comment pourriez-vous développer votre capacité à :

  • Prioriser les projets, les tâches, le niveau de qualité, et lâcher le reste !
  • Vous faire plaisir en limitant, ou stoppant carrément, votre temps de travail, notamment le soir, et encore plus le week-end,
  • Écouter votre corps et sentir quand vous êtes fatigué, et en ne buvant pas de café pour masquer votre fatigue
  • Travailler la délégation
  • Développer votre confiance dans votre équipe
  • Développer vos collaborateurs en leur transmettant vos propres compétences techniques
  • Demander du feed-back pour vous ajuster collectivement
  • Donner des challenges à vos collaborateurs pour les faire grandir
  • Développer vos propres compétences pour porter votre attention sur les moyen et long termes
  • Rester attentif à faire remonter de vos équipes les exceptions qui méritent que vous interveniez sur un terme plus court que celui de vos rôles et responsabilités propres.

Tout ceci devrait vous permettre de développer votre sérénité dans votre prise de poste et sur la durée. Comment votre confiance en vous serait-elle ainsi transformée ?

Laisser un commentaire

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile pour laisser une note

Moyenne des notes 5 / 5. Nombre de notes : 1

Pas encore de note, soyez le premier à évaluer cet article

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?